Laponie finlandaise

La Laponie finlandaise : Chiens de traineau et ferme de rennes

En janvier dernier, nous avons réalisé un de nos plus grands rêves avec M. Moo, découvrir le Grand Nord. Nous avons eu la chance de passer le cercle arctique, de voir des aurores boréales, des paysages enneigés surréalistes, et de participer à tout plein d’autres activités proposées par Jet Tours, le tour opérateur qui nous a accueillis.

(Ce récit sera séparé en deux parties, car le premier article que j’ai écrit était beaucoup trop long et comprenait 6 pages. Le deuxième article sera en ligne lundi prochain.)

Ce merveilleux voyage, je le dois à la chance et au fruit du hasard, je le dois aussi à Manuela du blog Poulette et à sa poulette Fanstasy Party. En octobre dernier, j’ai participé à cette soirée où il y avait un superbe voyage en Laponie à remporter en tirage au sort. Bien sûr, je ne pensais pas une seconde que je pourrais le gagner. Car clairement la chance et moi, ça fait deux, je n’avais encore jamais gagné quoi que ce soit lors d’un tirage au sort. Mais je dois avouer que ce voyage, j’en rêvais depuis des années. Je l’avais planifié, il était dans ma bucketlist, mais je n’osais pas sauter le pas.

J’ai encore du mal à décrire mon émotion quand mon nom a été prononcé lors du tirage au sort, je tremblais de tout mon corps, j’étais ailleurs, les larmes coulaient sans que je ne m’en rende compte. J’ai été sur un petit nuage durant quelques semaines après cette annonce. Je suis encore infiniment reconnaissante en vers Manuela et en vers toute l’équipe de Jet Tours de nous avoir offert ce superbe cadeau, et je remercie aussi cette petite main qui a tiré le petit papier sur lequel était écrit mon prénom. Après tant d’épreuves, j’ai été récompensée par la vie.

C’est donc dans cette ambiance d’excitation, de reconnaissance et de curiosité que nous sommes partis à la découverte de la Laponie avec Jet Tours. Ce fut notre premier voyage en tour opérateur. D’habitude, j’organise tout moi-même, et je dois avouer que ça m’a beaucoup perturbé. J’ai été obligé de lâcher prise et de me laisser guider au fil des jours et des activités qui nous ont été proposées en groupe.

Nous avons été accueillis à la sortie de l’avion par les animateurs du club Jet Tours d’Ÿllas à qui je fais des gros bisous s’ils passent par ici. Ils sont vraiment au top, bienveillant, à l’écoute et drôles, nous avons passé plusieurs soirées à discuter autour du feu de cheminée de la réception de l’hôtel. Et comme le hasard fait bien les choses, une des animatrices, la responsable des réservations et des petits soucis était dans le même lycée que moi dans les années 2006-2007.

Lors du séjour, tous les participants ont été répartis en groupe pour les activités, et nous étions dans le groupe Kippis, ce qui signifie santé en finlandais. Un nom qui nous correspondait bien. Ce fut un groupe plutôt chouette, où nous avons fait de belles rencontres, dont nos deux conducteurs de moto neige Pascal et Samuel, un papa et son fils, juste adorables que j’espère revoir un jour autour d’un petit verre afin d’avoir de nouveaux échanges passionnants.

Avant de vous parler des activités, un petit mot sur l’hôtel, qui est juste sublime, nous étions logés dans un petit appartement avec chambre, salon avec coin cuisine, et une grande salle de bain dans laquelle se trouvait un sauna.

La culture du sauna est très présente en Finlande, et nous en avons profité tous les soirs. Je dois avouer que ça nous a donné envie d’investir plus tard dans un petit sauna à la maison. Il en existe à des prix tout à fait abordables. Comme en Corée du Sud, il faut entrer nu dans les saunas traditionnels finlandais, pas de maillot de bain. Pour les repas, ils étaient compris dans le séjour, et nous avions accès à un buffet à volonté de très belle qualité, où on trouvait de tout. Note spéciale pour les gâteaux au gingembre et pour le jus de baies chaud traditionnel qui nous était servis à chaque petite pause gouter. On y devient vite accro.

Comme je vous le disais plus haut, lors de ce voyage je me suis laissée guider par les activités proposées et j’ai profité à fond de chaque instant.

Les chiens de traîneau

Ce fut l’expérience, la plus incroyable du voyage. Nous sommes allés découvrir les chiens de traîneau en début d’après-midi, mais comme la nuit tombe à 15 h, nous avons fini notre balade, de nuit. J’avais très peur de ne pas réussir, d’être trop grosse pour les pauvres chiens, de ne pas avoir assez d’équilibre, de tomber. Et finalement une fois lancée, la peur est partie. J’ai laissé un peu de côté ma conscience éthique lors de cette activité au profit de mes rêves d’enfants insouciants et innocents. Car je suis depuis l’enfance un grand fan de Croc blanc, Balto et tous ces films sur le Grand Nord canadien, où on voit ces convois de l’extrême en chien de traîneau, au début du 20e siècle.

Bien que, la ferme de chiens de traineau que nous avons visitée est en fait, un refuge qui accueille les chiens de traineau délaissés ou condamnés à l’euthanasie, et qui les recycle en quelque sorte en chiens de traineau pour les activités touristiques. Ils recueillent les chiens qui ne sont pas bons pour la compétition ou le travail et leur donnent une nouvelle vie. Ils les accompagnent jusqu’à leur mort naturelle. À savoir que les chiens de traineau ont besoin de grand froid et de grand espace pour bien vivre. Proposer cette activité dans les forêts et montagnes françaises par exemple est totalement inadapté malheureusement. Et beaucoup de ces chiens en souffrent ici, car le climat n’est vraiment pas adapté. D’ailleurs si je devais vous donner un conseil, surtout n’adoptez pas un husky si vous ne vivez pas à la montagne, ou dans un lieu où il ne peut avoir accès à de grands espaces, et à du grand froid, car il en souffrira beaucoup.

Nous avons donc aussi appris beaucoup de choses sur ces chiens, et sur l’origine des chiens de traineau qui n’est pas si ancienne, contrairement à l’usage du renne, comme moyen de locomotion.

Je vous laisse une petite photo de notre équipe de choc, des demoiselles adorables et très attentives. Le plus incroyable lors de cette activité, c’est la communication immédiate qui s’établit entre le conducteur du traineau et l’attelage. Ce qui renforce le côté magique de cette expérience unique.

La ferme de rennes

Je pense que c’est la deuxième visite que j’attendais le plus lors de ce voyage, découvrir les rennes. Nous avons appris beaucoup de choses à leur propos durant ce voyage. Nous avons visité la ferme, puis nous avons appris à diriger un traîneau à renne. J’ai dirigé le traîneau pendant qu’Alain prenait quelques photos. Notre renne Casuri avait perdu ses bois. Les bois de rennes tombent et repoussent chaque année, on trouve du coup en Laponie beaucoup de produits réalisés avec leurs bois. Après la promenade, nous les avons nourris de lichen, leur alimentation principale. Et pour boire, ils mangent tout simplement de la neige. Les rennes sont de drôle de créatures, ils ont un regard impressionnant et très expressif. Je suis tombée amoureuse de ces belles créatures. Certains sont gris, et marrons comme les rennes du Père Noël ; d’autres ont un pelage tellement blanc qu’on a du mal à les apercevoir quand ils sont entourés de neige.

Il faut savoir que le renne est très important pour la vie des populations laponnes, il y a d’ailleurs plus de rennes que d’homme (environ 200 000 rennes pour 150 000 Hommes). Ils sont tous apprivoisés, mais vivent en liberté, et leur natalité est contrôlée pour préserver l’écosystème de la région, afin que chaque renne puisse vivre et se nourrir exclusivement dans la nature. Leur abatage est donc réalisé pour contrôler la population, et il n’y a pas d’élevage à but industriel. La ferme de renne que nous avons visité est une ferme familiale, tenue par des Samis (peuple lapon d’origine). Pratiquement tous les élevages de rennes sont tenus par des Samis. Ils nous ont expliqué leur travail, la façon dont ils élèvent les rennes, et aussi la façon dont ils réalisent eu même l’abattage de leurs bêtes, tout est fait chez eux, dans le respect des animaux et des traditions.

Cela peut paraitre bizarre de la part d’une végétarienne de ne pas être indignée par ces pratiques. Mais quand on va dans un tel endroit, qu’on voit leurs conditions de vie et le climat, on comprend que le végétarisme n’est pas possible pour tout le monde. Dans le monde, nous ne sommes pas tous égaux, dans nos libertés de choix et d’alimentation. Et l’exploitation animale parfois est nécessaire pour la survie de certains peuples, elle n’est pas forcement pensée pour être cruelle ou industrialisée. Dans le Grand Nord, le vrai nord où rien ne pousse durant plus de 6 mois, consommer du poisson issu d’une petite pêche personnelle et de la viande venant de cette petite ferme ne peut être condamné, car la survie de ces personnes est en jeux. Et pour avoir visité un supermarché, le prix des fruits est légumes frais est exorbitant, à plus de 10 € le kilo d’orange en hiver, il sera réservé aux personnes qui ont une situation financière aisée.

Je tenais à aborder ce sujet, car ce voyage avec M. Moo nous a permis de beaucoup réfléchir à propos de notre choix alimentaire et à ses limites. Nous en avons parlé à plusieurs reprises, et on en vient à la conclusion que ce choix reste encore aujourd’hui un luxe et le nier ou être virulent envers les personnes qui ne peuvent se le permettre est un grand manque de respect. Il nous a aussi ouvert les yeux sur un petit détail, quand on souhaite découvrir le monde, parfois on doit mettre un peu ses principes et les causes que l’on défend de côté pour le bien-être collectif, car nous ne souhaitons imposer notre choix à personne et surtout nous ne voulons pas que ce choix nous empêche de découvrir de nouveaux pays, de nouvelles cultures. C’est un choix tourné vers plus de tolérance et de respect, et afin de respecter ces deux valeurs, on a choisi de le rendre flexible lors de nos voyages, quand on sera confronté à des situations qui ne nous permettent pas de l’éviter.

Je finis cet article sur cette petite réflexion, et je reviendrai avec la suite de nos découvertes et activités lundi prochain avec une balade en raquettes, la découverte du snow village et une virée en moto neige sur un grand lac dans une tempête de neige.

Vous aimerez aussi...

2 Comments

  • Reply
    Samshâ
    5 mars 2018 at 22:41

    Tellement mignons!

  • Reply
    hikowoon
    20 mars 2018 at 19:29

    Les rennes sont tellement mignons 😍😍

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.